Acea France

Comment mettre une fosse septique ou un assainissement aux normes ?

Un assainissement aux normes, pourquoi et comment le réaliser ?

Avoir un système d’assainissement est l’idéal, mais le mettre aux normes est encore mieux. Il en va de votre santé, de votre sécurité et de celle du voisinage.

Dans le cadre de la réalisation ou réhabilitation d’une infrastructure, maison, résidence, logement, travaux publics et autres, les travaux de fosse septique sont d’une importance capitale. Prévoir les travaux est primordial vu leur rôle, mais cela ne suffit plus désormais, encore faut-il les mettre aux normes. En effet, divers types de travaux s’imposent quand vous voulez construire un ouvrage. Il y a plusieurs normes auxquelles vous devez vous conformer. Ce guide vous donne plus de précision sur la notion de travaux d’assainissement. On vous dit tout sur comment respecter les normes en matière de réalisation d’installation.

Les types d’assainissement.

En matière d’assainissement, nous avons les assainissements collectifs et les assainissements non collectifs donc individuels. Avant de déterminer le type dentretien et le coût d’assainissement, voyez ce qui entoure cette notion.

L’assainissement collectif.

Dans une agglomération où les habitations sont reliées au système d’égout ou d’épuration. On parle de réseau collectif. Cela signifie donc que le dispositif mis en place est un dispositif qui profite à l’ensemble de la communauté. Un système d’envoi direct aux systèmes d’égouts implique aussi la mise en place d’une station d’épuration qui sert à assurer le traitement des déchets.

L’assainissement non collectif et individuel.

Contrairement aux équipements d’assainissement qui sont rattachés aux systèmes d’égout commun, le système individuel est autonome. C’est un type de système comprenant une fosse septique ou autre adoptée dans les zones dépourvues ou non préalablement rattachées aux systèmes d’égouts. Mis en œuvre par un professionnel, la fosse septique est un mode d’assainissement qui prend donc en compte les dispositifs correspondants à l’installation d’assainissement par la pose d’une filtration .

L’assainissement par convention.

De façon pratique, l’assainissement consiste à évacuer des infrastructures les rejets et les retourner à la terre. Pour les rejets liquides, ils sont destinés aux cours d’eau ou à la nappe phréatique en dessous des sols. Mais bien entendu entièrement débarrassés de tous les éléments qui pourraient les rendre nocifs. Ainsi, on a plusieurs étapes de traitement.

Notamment l’élévation et le renvoi pour drainer les rejets vers les lieux de bassins de traitement . Il s’en suit un prétraitement et plusieurs autres niveaux de traitement. Du niveau primaire au niveau tertiaire en passant par le niveau secondaire, les rejets sont travaillés. En fin de processus, même les résidus des filtrations subissent un traitement. 

Les normes en matière d’assainissement.

Généralement réalisés de façon conventionnelle, les travaux requièrent une bonne réglementation. L’observance de certaines règles devient indispensable. C’est ainsi que depuis quelques années, plusieurs normes régissent ce secteur. Il s’agit des normes telles que la norme NFU DTU 64. Les normes écologiques également sont de plus en plus en vogue.

Le cadre juridique des normes en matière d’assainissement

On ne peut parler d’assainissement sans se référer aux textes de loi établis par rapport à l’eau, l’hygiène et l’assainissement. Les codes et principes sur la santé publique et sur l’urbanisme fondent l’essence même de ces normes.

À quoi s’appliquent les normes ?

Les normes ici encadrent certaines actions clés telles que :

  • Le branchement des canalisations au système des égouts.
  • Le système d’assainissement utilisé, l’installation du dispositif d’assainissement et leur entretien.
  • Les tests à réaliser et le dimensionnement des ouvrages.

Les acteurs de l’assainissement à savoir les propriétaires et les services publics accordent un grand intérêt à l’assainissement autonome. On retient que les normes énoncées sont rigoureusement établies et font objet de contrôle d’où la nécessité de leur prise en compte. Le SPANC est l’organe spécialisé pour ce qui relève de la filière des assainissements non collectifs. Il veille à ce que votre installation de fosse septique soit conforme aux normes.

Pourquoi mettre l’assainissement aux normes ?

Le diagnostic d’assainissement s’impose dans toute opération portant sur un immeuble. En cas de promesse de vente, l’attestation délivrée par les services compétents en matière de contrôle fait foi. Elle doit être récente pour être valable. Ce contrôle a tout son intérêt, car c’est pour s’assurer du bon fonctionnement du système d’assainissement. C’est surtout très utile dans le contexte des immeubles non raccordés au réseau collectif.

Les contrôles en matière d’assainissement sont obligatoires, vu les problématiques liées à l’environnement, les risques de pollution et l’impact des actions de l’homme sur leur milieu de vie. Beaucoup de précautions sont exigées. Si les équipements d’assainissement sont obligatoires dans la réalisation de vos ouvrages, il est de même très important de les faire dans les normes.

L’absence de réalisation d’assainissement dans les normes peut engendrer bon nombre de difficultés :

  • La non-obtention des documents légaux tels que le permis de construire pour la réalisation de votre ouvrage.
  • Des risques pour l’environnement et la santé publique.

Nous sommes à l’ère du développement durable et l’assainissement en constitue un pilier non négligeable. Par conséquent, il est impérieux de tout savoir sur l’entretien et le coût d’un assainissement individuel, ainsi que sur sa mise aux normes.

Comment procéder pour mettre aux normes votre assainissement ?

Selon les différents pans de votre assainissement, vous avez :

Le raccordement au système des égouts

Pour être conforme aux normes, ledit branchement doit se faire au plus deux ans après la création ou l’implantation des égouts.

Le système d’assainissement utilisé, l’installation des dispositifs et leur entretien

Entre autres règles à observer dans ce pan de votre assainissement, il y a le choix d’un système d’assainissement favorable au développement durable. Un système écologique par exemple. C’est une alternative bien à votre portée. En effet, des techniques simples, mais efficaces existent et concourent à la préservation de l’environnement. Il s’agit par exemple de l’usage du filtre traditionnel qui peut efficacement participer au traitement des eaux usées.

L’installation et l’entretien de votre système d’assainissement doivent être réalisés par des professionnels agréés.

Les tests à réaliser et le dimensionnement des ouvrages

La conformité des techniques d’assainissement aux normes NFU DTU 64 passe par la réalisation de certaines études préalables sur le système. Il y a l’étude pédagogique avec test d’infiltration et les études sur le profil hydraulique.

Quant au dimensionnement des ouvrages, il faut réaliser les ouvrages selon certaines caractéristiques. Pour les fosses septiques par exemple, il faut prévoir des dégraisseurs de cinq cents litres pour le traitement des eaux provenant de l’usage domestique. Il faut également un système de ventilation de fosse septique. Une distance de sécurité doit également être prévue entre votre fosse septique et les autres installations d’assainissement. Dans le cadre de l’épandage également, une profondeur doit être prise en compte pour la réalisation des fosses pour la pose des tuyaux.

Si vous aviez un système d’assainissement, veillez donc le faire inspecter par le SPANC et au besoin le reprendre pour le mettre aux normes. En termes de coût, l’assainissement individuel peut aller de 1500 à 4000 euros. Il faut noter que les travaux de mise en place de la fosse septique peuvent aller jusqu’à 10 000 euros pratiquement.